BAMAKO 2010

DIMANCHE 27 DECEMBRE 2009 :

Voilà Noël passé, l’année nouvelle arrive à grand pas; certains en profitent pour aller rendre visite aux deuchistes africains pour la 1ere rencontre inter africaine à Bamako: voici les équipages du Club des 2 CV de l’orléanais partis ce matin 27 décembre 2009 à 5h15 de Mareau aux Pres. Nous leur souhaitons bon voyage et à l’an prochain.

dernière minute …. ils sont arrivés à Sète à 15h ce dimanche !…

Ils PARTENT à BAMAKO  ! …...

République du Centre 141209

ORLEANS BAMAKO 2010 Communiqué de presse

ORLEANS BAMAKO  PARCOURS PREVISIONEL :

ORLEANS BAMAKO Parcours prévisionel 1

ORLEANS BAMAKO Parcours prévisionel 2

MERCREDI 30 DECEMBRE 2009 :

TIZNIT _ Mercredi 30-12-09 à 12h00 c’est l’heure d’une bonne Tagine !

JEUDI 31 DECEMBRE :

Aujourd’hui 31 décembre 2009 un petit problème de mano contact d’huile à signaler sur la 2cv de SERGE …

Ils sont à BOUDJOUR. Route monotone attention, quelques stations d’essence. … et puis après BOUDJOUR…. désert total..

Mais avant REVEILLON au menu BICHE sauce au poivre et champagne ..

JEUDI 31 DECEMBRE :

Aujourd’hui 31 décembre 2009 un petit problème de mano contact d’huile à signaler sur la 2cv de SERGE …

Ils sont à BOUDJOUR. Route monotone attention, quelques stations d’essence. … et puis après BOUDJOUR…. désert total..

Mais avant REVEILLON au menu BICHE sauce au poivre et champagne ..

VENDREDI 1er JANVIER

Bien roulé… Ils ont fait 567 Km .. et sont à 50KM de NOUAKCHOTTà la frontière de la MAURITANIE

Compte tenu de la situation actuelle en Mauritanie, Ils longeront le littoral …pour atteindre le MALI

à demain !

SAMEDI 02 Janvier 2010 :  5h à la douane

Appel des africains par intérime à 21h heure française: devinez: ils étaient à l’apéro ( ti-ponch) et beaucoup de gaieté arrêté dans une station essence TOTAL neuve appelé Gare du Nord mais sans carburant….

Après avoir passé 5h à la douane à la frontière de La République islamique de Mauritanie; ils sont à 220 km de Nouakchott à rouler sous 40° à 50° dans les voitures, être arrêté par la police tous les 50kms pendant 1/4h-1/2h, demain ils essaient  de sortir de Mauritanie par le Sénégal.

Etape de ce jour: 250kms parcourus  Ils transmettent tous les voeux à tous

DIMANCHE 03 JANVIER 2010 à 21h30

504kms parcourus ce jour avec en tout sur les 3 deuches: 5 jantes tordues par des nids de poule.

Ils sont sur la route de l’espoir, à ALEG vers KAYES; ils couchent et sont nourris à l’Auberge de l’Espoir.

Dans la journée, ils ont eu 10 à 12 controles de police ou de l’armée pour leur sécurité; ce matin , ils ont été escortés par l’armée, tout ceci sous 40°;

Ils leur reste environ 900km en Mauritanie. donc encore au moins 1 journée 1/2 en République Islamique de Mauritanie

LUNDI 4 JANVIER 2010

Pas de nouvelles des routards de l’Afrique… à demain ! INCH’ALLAH !

Parution dans la Rep du Centre du 05 Janvier …

MARDI 05 JANVIER 2010

Ils sont arrivés au MALI vers 20h (heure Mali) après un périple de 150 km de piste, de 7h à 20h; 1 crevaison par Gérard et Mano. Ce soir ils sont invités par l’armée à coucher dans une école.Pas de problème pour passer les frontières Mauritanienne et Malienne.L’ambiance est au beau fixe comme le soleil et la chaleur d’ailleur il compte un écrevisse parmi le groupe: Christian bien sûr…

Hier : ils ont été accueuillis dans un village Mauritanien à 50km après Kiffa, sur la piste allant à Kayes.Ils ont partagé la soirée avec les gens du village et pris le dessert ensemble; Soirée très agréable et inoubliable.

JEUDI 07 JANVIER 2010

Des nouvelles à 10h ce matin… ils étaient à Jemé à 300km de Bamako. Hier ils ont fait un bivouac sauvage et le téléphone ne passait pas. les 2 CV se portent bien, les occupants se lavent de moins en moins par manque d’eau sur place, heureusement ils en ont en réserve surtout pout le pastis !

SAMEDI  09 JANVIER 2010

Bien arrivés à Bamako. 37 degrés … tout va très bien.. surtout avec une bonne bière chez Thierry , aujourd’hui à MOPTI

DIMANCHE 10 JANVIER 2010

Message de Jean-Yves .. !

Bonjour les nordistes,

Ici tout va très bien, les 2CV ont souffert sur les 300 kilomètres de piste de KIFAA à KAYES mais elles nous ont transportés jusqu’à BAMAKO.
Nous sommes à MOPTI et nous nous dirigeons vers le pays des DOGONS.

Pour nous tout va bien, il fait beau, même un peu chaud (entre 30 et 35°) c’est très agréable.
Certains soirs nous bivouaquons dans la savane c’est sympa.
Bons courage à celles et ceux qui préfèrent le froid !!!!

L’équipe d’africa-2CV

LUNDI 18 janvier 2010

Bonsoir de SIKASSO ..  Demain 19 janvier en route vers le Burkina Fasso .  Toujours très beau temps ..

Bises à tous de la part des Africains !

Quelques photos renvoyées par Christian qui est de retour ..

MARDI 19 Janvier 2010

Le 2ème groupe est entre Nouakchott et la frontière Mauritanie Maroc. Tout vas bien.

MERCREDI 20 janvier 2010 :

Les 3 voitures qui sont parties du Mali dimanche matin sont au Maroc.

JEUDI 21 janvier 2010 :

Ici tout va très bien. Nous avons visité les alentours de BANFORA, ce soir un petit tour dans BOBO-DIOLASSO.
Le Burkina est très joli, les gens sont cools,  BOBO est plus abordable en circulation que Bamako, c’est peu être une petite ville mais c’est mieux.
Demain direction OUGA. Nous essaierons de rencontrer les représentants du club du Burkina.
Nous sommes posés au campement CASAFRICA, un peu poussiéreux, mais il n’y a guère de choix.

Bon courage à tous les membres du club et bonne année 2010.
Vos serviteurs Jeannine, Marie-France, Michel et Jean-Yves

Vendredi 22 janvier 2010 :

Départ de Bobo-Dioulasso direction la mare aux hippopotames de Bala au nord-est de Bobo. Belle piste, arrivés sur l’étang (grand) nous pique-niquons avant d’être embarqués par 4 piroguiers dans une barque offerte par les sapeurs pompiers de Haute-Loire. Croisière très agréable dans ce petit lac dont la profondeur n’excède pas les 2m en cette période contre 6m en période d’hivernage (juillet-août). Nous y découvrons 5 à 6 hyppos qui font la sieste,

balade très agréable avec soleil à  30/35°.

Nous arriverons de nuit à Boromo à l’auberge Belba.

Nuit assez bruyante avec les ânes et le groupe électrogène qui alimente la ville.

Samedi 23 janvier 2010:

Petit déjeuner « maison »  à l’auberge Touristique Belba. Les chambres sont rudimentaires, mais l’espace camping est assez bien malgré le manque de douche.

Objectif de la journée; la visite aux éléphants de  la forêt des deux Balé près de Boromo. Avec des explications succinctes, difficile de trouver la piste qui nous conduit au campement le Kaïcédra, après quelques kilomètres avec beaucoup d’hésitations, retour au pays. Nouveau départ en suivant la ligne téléphonique. Après 7 kilomètres nous trouvons une pancarte d’entrée du parc. Nous poursuivons une petite piste très peu pratiquée, nous sommes dans une savane assez intense avec de grandes herbes sèches et des arbres de quoi nourrire les éléphants. Nous ne rencontrons aucun fauve et après 15 kilomètres dans la réserve nous faisons le point et décidons de rebrousser chemin. Seul un tapir croise notre piste. L’accès étant trop mal indiqué, sans guide, ni point GPS, nous renonçons.

Ensuite direction Ouagadougou. Nous nous dirigeons vers le centre ville, nous faisons le plein de la 2CV et en profitons pour appeler Adama DIAKITE président du club des 2CV du Burkina-Fasso, pas de problème, « j’arrive dans 5 minutes » ! En  attendant nous regardons autour de nous et apercevons plusieurs 2CV de l’autre côté de la place, il s’agit de son garage, quel heureux hasard ! Nous discutons de la rencontre de Bamako, eux aussi sont déçus, ils étaient venus à 6 deuches avec un nigérien, mais sont repartis dès le lendemain, après avoir fait la fête entre eux à la maison de la jeunesse. Nous lui remettons le petit colis de pièces détachées que Gérard avait apporté.

Ce soir nous nous posons à l’auberge des Manguiers en centre ville.

DIMANCHE 24 janvier 2010 :

Ce matin Marie-France ne se sent pas très bien, la maladie touristique est en vue ….

Avec Michel et Jeannine nous partons pour visiter le site de Laongo près de Ziniaré au N/E. Evidemment faute d’indication, nous ratons la route, demi-tour et nous trouvons une pancarte. Ce site est une exposition en plein air d’œuvre d’art moderne africain sculptées dans le granit à même le sol. Retour à Ouga après un pique-nique sympa sous les arbres.

Actuellement, avec Michel nous dégustons une bière fraîche avec Michel sous les Manguiers.

La 2CV de Christian va très bien, à Bamako nous avons fait les vidanges, moteur et boite de vitesse, mais celle-ci ronfle toujours autant. Nous avons changé l’alternateur dont le roulement est hors service.

Mardi 26 janvier 2010 :

Michel levé en premier a démonté le cardan dont le soufflet est HS. Nous préférons le changer complètement plutôt que de remplacer le soufflet.

Départ de FADA N’GOURMA vers 10h après avoir fait les courses pour au moins 2 jours.

Après discussion avec des guides nous abandonnons l’idée de visiter le parc d’ARLIT au profit du parc PADJARI au BENIN. Sur la route nous voyons des singes.

Le passage de la frontière Burkina-Fasso/Bénin se fait rapidement, avec prise des visas de 48H sur place pour 10.000 CFA p/personne. A 13h nous sommes à l’entrée du parc, nous y pique-niquons et avons prévu d’y revenir passer la nuit ; Marie-France n’étant pas très rassurée de passer la nuit dans sa tente avec les animaux sauvages à proximité.

A mi parcours, nous décidons de continuer la visite et de passer la nuit dans un des espaces « campement » mentionnés sur la carte remise à l’entrée du parc. Il y a très peu de visiteurs, nous croisons un véhicule du parc et l’informons que nous ne serons pas de retour comme prévu. Le campement est situé au bord de l’eau, mais c’est tout simplement un bivouac sauvage car la seule structure est un panneau indiquant somptueusement « CAMPING ».

Nous apercevons des cobs de buffon, des jaribus, des outardes certainement qui ressemblent aux pintades, quelques hippopotames qui nous laissent sur notre faim.

Dîner de nuit avec une gageure pour Marie-France et Michel ; dormir dans la 2CV !

La nuit à été fraîche la température est descendue de 42° à 15° cette nuit là.

Mercredi 27 janvier 2010 : .. Nouvelles des ‘Africains’ de retour ! ..

Certains sont de retour à Orleans , Mano et Gégé, Bernadette et Serge et Josette et Joel .. ces 3 équipages sont rentrés directement de Bamako sont  de retour au bercail , après un périple de près de 14000 km… Un retour éffectué via la ‘route de l’espoir’ en Mauritanie, sans problème notoire.. y compris au passage des frontières…

Mercredi 27 janvier 2010 :

Debout à 5h30, lever du soleil 6h15, départ vers 7h. La nuit a été fraîche pour Marie-France et Michel, mais ils ont réussi l’expérience.

Aujourd’hui nous espérons combler notre appétit d’animaux sauvages. Cela ne se fera guère attendre, encore des cobs, puis des babouins, des phacochères et maintenant 3 groupes d’éléphants impressionnant, encore des hippopotames dans différentes mares. Il y a 2 jours certains ont aperçu 2 lions, il nous reste la nuit et demain pour inscrire le lion à notre « tableau de chasse ».

A noter que dans la savane, même dans les parcs ils pratiquent l’écobuage. Selon eux cela permet de faciliter la repousse de l’herbe verte, mais nous y voyons aussi des arbres qui brûlent, des petits des oiseaux et autres petits animaux qui périssent.

Ce soir nous allons à l’hôtel Pendjari au milieu du parc, le confort y est très bien, dodo après le dîner pris au restaurant.

Jeudi 28 janvier 2010 :

Départ vers 7h30 en direction de la mare Bali située à 35 kms. Les crocodiles nous attendent en faisant la sieste sur les berges. Certains nagent tout proche de quelques hippopotames. Des gazelles viennent s’abreuver ainsi que beaucoup d’oiseaux. Mais aucune trace du lion ! Nous regagnerons la sortie à 70 kms.

Le passage des frontières se fait très rapidement, en 1h toutes les formalités sont terminées.

Le soir nous serons à nouveau à l’auberge la Belle Etoile à Fada N’Gourma au Burkina-Fasso

Vendredi 29 janvier 2010 :

Surprise, nos véhicules ont été lavés par le gardien. Michel procède au nettoyage du filtre à air de la 2CV puis nous prenons la direction de Ouga. Sur la route, quelques péages, comme cela se pratique également au Mali. A Ouga nous visiterons les nouveaux quartiers dont un aperçu  de la très grande et belle demeure présidentielle. Nous allons faire un tour au village artisanal aménagé à Ouga.

Ce soir nous revenons à l’auberge des Manguiers qui dispose de la wifi d’où nous pouvons vous envoyer ce message.

Demain nous irons chez Adama Diakité, pour lui laisser le reste de pièces de 2CV qui ne seront pas indispensables lors de notre retour.

Samedi 30 janvier 2010 :

Départ de Ougadougou à 9h00 en direction de Ouhiagouya.

Parcours par la route sans problème ni grand intérêt.

La végétation se raréfie avec davantage de sécheresse.

Le soir arrivé à l’hôtel La Liberté, où tout est permis (discothèque à 50 m, nettoyage de la terrasse à 6h du matin avec beaucoup de bruit) bref un hôtel à éviter.

Dimanche 31 janvier 2010 :

Après une nuit agitée, nous prenons la piste en direction du Mali. Les frontières se passent sans problème. Le désert approche, nous rencontrons les premiers dromadaires.

Le laisser-passer pour les véhicules nous coûtent 10.000 CFA, soit le double du tarif habituel pour cause de WE.

Sur le parcours nous rencontrons un groupe de femmes en goguette au village de Koporokendié-Na en direction de Bandiagara.

Nous passons par la falaise des Dogons à Kani Kombolé pour un petit souvenir de notre visite d »il y a 3 semaine.

Ce soir dormons à Mopti à l’hôtel Rénové et le hasard veut que nous retrouvions notre guide Joël (le dogon pas celui de Chécy). Avec son collègue le piroguier nous convenons d’une balade sur le niger en pinasse pour la journée de demain.

Lundi 1er février 2010 :

Joël passe nous chercher à 9h pour une balade sur le Niger. Sur la pinasse le « capitaine » et le cuisinier nous y attendent déjà.

La vie sur le fleuve est très animée, il y a beaucoup de pécheurs avec leur pinasse qui prennent du très petit poisson avec des filets qui laissent à la traîne. Surprise au loin un hippopotame se trouve dans le fleuve.

Nous passons une journée tranquille et agréable sans nos véhicules préférés.

Demain direction Bamako à 600 kms que nous essaierons de faire en une ou deux étapes.

Mardi 02 février 2010 :

Départ de Mopti en direction de Bamako.

La route nous conduit par Ségou où doit avoir lieu un festival annuel. Sur les bords de la route beaucoup d’élèves se sont regroupés pour saluer le passage de personnalités se rendant au festival. Nous préférons pousser jusqu’à Fana, une centaine de kms avant Bamako. La route ne présente pas beaucoup d’intérêts d’autant plus que c’est la troisième fois que nous l’empruntons.

Mercredi 03 février 2010 :

Arrivée à Bamako vers 11h00, nous en profitons pour faire quelques courses dans un petit super marché près de la Fourmi. Ensuite nous allons déjeuner au Rabelais en passant discrètement devant le restaurant de Thierry. Sur la route nous avons le spectacle des véhicules en panne ; certains changent les roues crevées, d’autres remplacent les moyeux, mais les records de mécanique sur le bord de la route rappellent des souvenirs à certains deuchistes avec changement de boite de vitesse ou de moteur, mais ils ne font pas le même poids que nos flat-win bicylindres !

Nous arriverons de nuit à Diéma après nous être arrêtés saluer le gendarme/deuchiste en poste Didiéni, mais celui-ci avait une « vraie » 2CV et pas une Acadiane !.

Jeudi 04 février 2010 :

Pendant notre petit déjeuner, nous discutons avec une alsacienne qui réside à Bamako plusieurs mois par ans.

Le passage des frontières est plutôt rapide, toutes les formalités sont faites en 1h30. Commence alors la longue séries des contrôles de gendarmerie. Certains trouvent nos fiches de renseignements écrites trop petites et les refont à la main, il faut compter alors un bon quart d’heure d’arrêt. Le désert se fait déjà sentir avec la raréfaction de la végétation, mais nous voyons encore beaucoup de nomades qui font paître leurs troupeaux.

Nous passons proche du lieu du départ d’une spéciale du Dakar que j’avais donné en 2007.  Ce soir arrêt à l’hôtel Nezata à Ayoun El Atrouss. On en profite pour faire un peu de change au noir à cause de la fermeture des banques.

Vendredi 5 février :

Départ de bon matin, lever à 5h30 et départ 7h00 afin de profiter de la fraîcheur. Michel cherche une pompe à essence ouverte, alors qu’il faut toujours faire les pleins le soir en arrivant dans une ville ! Peu de circulation sur cet axe important qu’est la route de l’espoir. Le revêtement est bien dégradé entre Ayoun et Kiffa. Il faut rester concentré car le manque de vigilance peut être fatal !!!! certains ont déjà donné.

Sinon la 2CV va bien même si la boite de vitesse fait beaucoup de bruit, nous ferons une vérification dès le Maroc. Les dunes de sable sont déjà là, un mouton double la 2CV !

Ce soir nous sommes à l’hôtel Europecar/ complexe touristique de Boulimit. Petite tajine de mouton. En ville nous faisons le plein de gaz au cul du camion, si, si, il pèse la bouteille avant et après au prix de 200 ouiguihas le kilo, soit un peu plus de 6 euros pour une bouteille de 13 kilos.

Une petite pensée pour celles et ceux qui sont en réunion de bureau, car ce soir c’est l’élection du bureau du Club, nous portons un verre à la santé du club et à son nouveau bureau, il paraît que je suis encore président !

Samedi 6 février :

Départ Boulimit au lever du jour pour tenter de rejoindre un rare campement sur la route au nord de Nouakchott. La température devient plus clémente autour de 30°, peu de circulation, mais encore 9 contrôle de gendarmerie. Le midi nous sommes à la station 235 kms au nord de la capitale, nous continuons et pourquoi ne pas essayer le passage de frontière ce soir. A 16h45 nous rentrons dans la zone de frontière mauritanienne, nous en sortons à 17h41 et la frontière marocaine ferme à 18h00, nous franchissons le no-man’s land de 4/5 kms en 10 mns, ceux qui sont arrivés derrière nous ont dû passer la nuit dans la file d’attente devant la barrière. Mais les douaniers ont le scanner à leur poste et pratiquement tous les véhicules doivent y passer, nous faisons la queue avec des camions, cars, même la 2CV doit y passer. Cà bip de partout et au bout de ¾ quart c’est la panne du scanner, mais le chef qui ne semble pas convaincu veut nous y faire passer à tout prix. Une demi-heure plus tard il accepte de nous délivrer l’autorisation de circuler au Maroc, nous quittons le poste à 19h20, il fait nuit mais nous rejoignons l’hotel/campement Barbas à 80 kms. Dîner et coucher de bonne heure.

La route a été longue et monotone :

Dimanche 7 février :

Départ en douceur à 9h30 après un petit déjeuner au restaurant, plein des réservoirs à environ 65cts le litre de super, nous sommes en zone Sahara Occidental et c’est détaxé.

Nous déjeunons à Dakkla, belle ville moderne, côtoyant l’ancienne ville. L’après-midi sera relaxe en bord de mer avec soleil agréable. Ce soir nous sommes au camping Moussafir proche de la ville. Marie-France et Michel monte la tente pour la première fois depuis Bamako.

Nous dînons à l’hôtel Calipau (difficile de trouver un resto ce soir) nous sommes très bien servis.

Lundi 8 février :

Michel et Marie-France en camping, sans commentaires, les photos sont là pour vous expliquer le pliage de la tente 2secondes/une demie-heure !!!!

Sinon la route vers Layoune est vraiment monotone avec un désert pas très joli.

Ce soir nous nous posons à Boujdour, même camping que le 1er de l’an mais Michel et Marie-France loue une chambre, bizarre …..

La remise du cadeau en Janvier lors du rassemblement des 2CV au Mali

En présence du Ministre Monsieur BAH N’Diaye et du Président du club malien ( en vert) Monsieur DIALLO

Mardi 9 février :

Départ à 10h par une petite visite sur la côte avec l’atlantique déchaîné.

12h30 déjeuner sur la plage à El Marsa prés d’un chalutier échoué sur la plage, il fait 27°.

14h15 vidange et graissage des véhicules à Layoune.

16h30 arrivée TAH en roue libre, le moteur s’est arrêté, nous concluons à la panne d’essence, on remet 5litres et ce à 500 m d’une station service. On va pour repartir, plus de démarreur et pas de Klaxon, batterie à plat (batterie ou alternateur ?) Pendant que les hommes travaillent, Marie-France consigne toutes nos remarques, ce qui donne les commentaires suivants : « Jean-Yves dit qu’il est excité, je ne sais pas s’il parle de lui, de Michel ou du moteur ?   Deux étalons ont le nez dans le moteur et deux ânes les regardent. Jean-Yves essaie le régulateur, ça marche, sinon il n’y aurait pas d’excitation. Pourquoi çà touche ? il n’excite pas, il n’y a pas d’excitation. Remet les cosses et enlève les ! Rien ! Non de non dit Jean-Yves, tu sens que ça tire, ça excite et elle prend rien !!!! Il faut trouver une batterie. Tu peux allumer Michel ? C’est du DCB ou DCA ? DCA reprend Michel. Il dit je le laisse en bas et Jean-Yves dit qu’il y a le gros qui vient dessus. Conclusion panne de batterie. »

Comprenne qui pourra à ces commentaires ?

On continue la route en remorque jusqu’à une petite auberge cossue « la Courbine d’argent» à Akfennir. Apéritif à volonté et repas gastronomique avec les patrons et autres clients très sympas, un anglais pêcheur, des motards en reconnaissance, et une bonne nuit.

Mercredi 10 février :

L’attelage reprend la route direction Tan-Tan.

On achète une batterie et çà démarre du premier coup ! On vérifie le débit de l’alternateur, merde rien ne sort ! l’alternateur est HS. On change l’alternateur sans oublier de récupérer la batterie à plat, fin du diagnostic de pros !!! (les femmes en profitent pour se moquer de nos compétences…)

Pour nous consoler nous allons jusqu’à Fort Bou Jerif près de Guelmin, il ne reste plus que 9kms de piste, empruntée par de grands camping-cars. Cadre toujours très beau. Tajine et couscous très bien avec rosé Guerouane bien frais.

Jeudi 11 février :

Petit déjeuner sur place avec galette/crêpe, gâteau, nous allons jusqu’aux ruines de l’ancien fort, ensuite direction les plages blanches.

Plutôt que de reprendre la route jusqu’à Guelmin, nous nous lançons sur la piste côtière pour rejoindre Sidi Ifni à 50kms. La piste est trialisante avec quelques côtes que la 2CV franchie allègrement même si la première saute parfois. Nous faisons une pause pour admirer les vagues.

Une personne sort d’une des rares habitations sur la côte, c’est un militaire qui est seul en poste pour 10/15 jours, il nous propose un thé que nous acceptons avec plaisir. Le goudron refait son apparition au 36éme kms, nous pique-niquons sur le pont qui est la fin de la route pour les camping-cars, très nombreux sur la côte.

Nous suivons la route côtière jusqu’à Agadir. Ce soir nous sommes installés dans un bungalow, je vous laisse, Michel vient de servir l’apéro.

Vendredi 12 février :

Tentative d’envoi des nouvelles depuis Agadir, mais les photos sont disproportionnées, conclusion une heure de perdue. On prend la route de la côte vers Essaouira à 10h.

Pique-nique sous les arganiers, que les chèvres escaladent toujours. Petit arrêt chez les femmes qui préparent des produits à base d’huile d’argan.

Un petit excès de vitesse au passage et le soir nous sommes à El Jadida au camping dit international qui n’est pas à l’avantage de la ville.

Samedi 13 et dimanche 14 février :

La remontée du Maroc se termine sous la pluie la température s’en ressent avec à peine 15°.

Nous arrivons au port de Tanger vers 17h, nous n’avons pas de bateau pour Sète avant lundi, donc nous prenons un billet à 75€ pour une traversée Tanger/Tarifa pour 2 personnes et le véhicule. Nous débarquons en Europe vers 18h, tout c’est fait très rapidement si bien que nous n’avons pas fait le plein de nos véhicules.

En Espagne nous faisons une halte dans un hôtel sur la côte au nord d’Algésiras.

Dimanche  nous rencontrons de la neige à 900m, attention les oliviers craignent le gel !

Nous passons Madrid, mais ils annoncent de la neige pour lundi, nous décidons de franchir le col de Solomo… à 80kms avec plus de 1.400 mètres au nord de Madrid.

Nous passerons la nuit dans un des nombreux « hostals » très confortables installés le long de la nationale N1.

Lundi 15 février et mardi 16 février :

Nous partons vers 9h, il fait vraiment frais à plus de 1100 mètres, il n’y a pas de neige, mais les routes sont salées et des chasses-neige sont en attente le long du parcours.

Nous retrouvons la neige avant Burgos qui nous accompagnera jusqu’aux Pyrénées.

Petit arrêt « technique » à Béhobie, la circulation est fluide, nous dînerons à Angoulême. Merci à Michel et Marie-France pour ce repas d’au revoir, car pour notre part nous rejoindrons Aurélie, Damien et Mathilde à Châteauroux.

Les deux derniers équipages du Club sont de retour sur Orléans le mardi 16 février en fin de journée où nous retrouvons le froid de nos maisons mais la chaleur de nos amis.

Merci à Jean-Paul pour avoir rapidement mis à jour le site, à Michelarmand pour avoir relayer l’information, merci à toutes et ceux qui ont participer à cette belle promenade.

Merci à tous pour vos petits messages qui nous étaient fort agréables.

Merci à nos fidèles et vaillantes 2CV de nous avoir transportés sur les routes, pistes de l’Afrique de l’Ouest sur plus de 17.000 kms, elles nous ont permis d’y rencontrer des femmes et des hommes très accueillants et joyeux, malgré leurs très faibles ressources.

Après une bonne révision nos 2CV seront prêtes pour de nouvelles aventures……..

Vendredi 26 Mars 2010 … La Gloire !